Vous êtes ici : Infos médicales

ACTUALITES.....

Journée du développement durable

La Clinique Turin ouvre ses portes pour la journée du développement durable

En savoir plus


Robot DA VINCI

La Clinique Turin s'équipe des dernières technologies de chirurgie mini-invasive : Le Robot DA VINCI

Lire la suite


Les N° de téléphone des
services de la clinique


Information pour pour les médecins traitants
et correspondants médicaux sur l'insuffisance rénale

Feuilletez
le livret d'accueil virtuel

Feuilletez le livret virtuel

Rechercher un médecin de la Clinique Turin Rechercher un médecin de la Clinique Turin

Infos Médicales

Le cancer du rein

Les reins sont les organes nobles du système urinaire. Au nombre de deux, ils sont situés de part et d’autre de la colonne vertébrale, à la partie supérieure et postérieure de l’abdomen, en regard des dernières côtes. De la taille d'un poing, leur forme est celle d’un haricot.

La fonction principale du rein est de filtrer le sang et c’est ainsi qu’environ 200 litres de sang traversent les deux reins chaque jour. La production de ces filtres élimine quotidiennement avec l’urine environs deux litres d'eau superflus et de déchets et toxines de l’organisme. L'urine chemine dans les uretères depuis les reins jusqu’à la vessie où elle est stockée avant d’être évacuée vers l’extérieur par le canal de l’urètre au cours de la miction.

Comme tous les autres organes de l’organisme, les reins sont vulnérables à l'infection et à la maladie, y compris le développement des cancers. Il y a plusieurs types de cancer du rein, mais l’adéno-carcinome à cellules claires ou tumeur de GRAWITZ est de loin le plus répandu : 9 cancers sur 10.

Les autres types de cancers du rein sont donc beaucoup plus rares. Il s’agit notamment de:

Les causes de l’apparition du cancer du rein sont encore inconnues, mais plusieurs facteurs de risque ont été identifiés. Il s’agit notamment de :

Cependant, en dehors de quelques conseils de bon sens comme l’arrêt du tabagisme, il n’y a pas de facteur de prévention reconnu pour le cancer du rein.

Malheureusement, les symptômes classiques révélateurs du cancer du rein ne sont habituellement présents que dans les formes évoluées de la maladie. En fait, le cancer du rein est d'habitude détecté fortuitement à l’occasion d’un examen d’imagerie (échographie ou surtout scanner) pratiqué pour l’exploration d’un autre organe du voisinage, notamment la vésicule biliaire pour les cancers du rein droit.

Les symptômes révélateurs classiques du cancer du rein sont:

Les examens d’imagerie modernes permettent de poser le diagnostic d’un cancer du rein dans la plupart des cas et d’envisager les indications du traitement. Il s’agit de :

L’imagerie en coupe est si performante pour le diagnostic du cancer du rein que le recours à la biopsie du rein à l’aiguille fine est rarement indiqué.

Elle permet également d’apprécier l’extension de la tumeur aux ganglions, à la veine rénale ou à d’autres organes (os, foie, poumon etc…).

La chirurgie est le traitement idéal des formes localisées de cancer du rein. Elle a également une place importante dans le traitement des formes évoluées, ne serait-ce qu’en permettant une réduction tumorale.

L’intervention classique est l’ablation du rein, le plus souvent accompagné de la surrénale ainsi que de l’atmosphère cellulo-ganglionnaire de la loge rénale : c’est la néphro-surrénalectomie élargie . Cette intervention est habituellement réalisée par voie chirurgicale ouverte classique.

Pour les tumeurs d’un diamètre inférieur ou égal à 7 centimètres, un abord micro-invasif par coelioscopie permet une guérison du cancer aussi efficace qu’avec la chirurgie ouverte, mais elle offre un meilleur confort des suites post-opératoires, une réduction de la douleur post-opératoire et de la rançon cicatricielle et en définitive une convalescence plus courte et une reprise plus rapide des activités habituelles et professionnelles.

Pour les tumeurs de 4 centimètres de diamètre ou moins, et en fonction de leur localisation dans le rein, il est possible d’envisager de conserver une partie importante du rein en réalisant une néphrectomie partielle. Cette intervention est réalisée également soit par un abord chirurgical « ouvert » classique, soit par un abord micro-invasif par coelioscopie, avec alors les avantages précédemment décrits.

Le choix de la voie d’abord chirurgicale est fonction des préférences du patient et des habitudes du chirurgien, notamment pour la réalisation de la néphrectomie partielle par coelioscopie qui nécessite en entraînement chirurgical particulièrement soutenu pour cette technique.

La chimiothérapie et la radiothérapie sont inefficaces à titre curatif.

L'immunothérapie est une option de traitement pour des cancers du rein évolués, en stimulant le système immunitaire. Il s’agit notamment de l’interféron et de l’interleukine-2.

Les thérapies ciblées sont une option récente particulièrement intéressante de traitement des cancers du rein évolués. Ces médicaments bloquent et empêchent la croissance et la diffusion des cellules malignes. Ils le font en attaquant les cellules directement ou en empêchant la croissance des vaisseaux sanguins qui permettent le développement des tumeurs.

L’efficacité de certaines de ces thérapies ciblées est maintenant établie:

Docteur André Philippe DAVODY
www.urologie-davody.fr

Page mise à jour le : 28/05/2014